Ouvrages de Vauban inscrits au patrimoine de l’humanité

Qu’évoque ce nom Vauban ? Son nom vous parle surtout depuis quelques jours, mais qui se cache derrière ce nom !

Vauban, je devrais dire Sébastien le Prestre de Vauban, né le 15 mai 1633, mort à Paris le 30 mars 1707, a obtenu son brevet d’ingénieur du roi à l’âge de 22 ans. Il fut ingénieur militaire au service du roi XIV pendant 53 ans et surtout un génie de l’architecture de cette époque. Ce qui m’étonne, vu les moyens de locomotion de l’époque, c’est la comptabilisation du nombre de kilomètres qu’il effectuait par an. Une moyenne de 3168 kms d’après Anne Blanchard, ce qui représente 150 jours de voyage par an. Vauban a traversé la France dans tous les sens et a observé la misère du peuple. Humaniste et écrivain, son dernier ouvrage « La dîme royale » fut condamné par le roi.

Lundi 7 juillet 2008, lors de la 32ème session de l’Unesco, le Comité du Patrimoine Mondial de l’Humanité a inscrit sur sa liste les 12 fortifications de Vauban sur les 14. Bravo à tous les membres du Réseau des Sites Majeurs de Vauban pour défendre, préserver et protéger ce patrimoine dispersé un peu partout en France.

Voici les de VAUBAN ouvrages retenus.

Vauban tour côtière de Tatihou.Dans la Manche, la tour côtière de Tatihou. Commencée en 1664, tour tronconique plate de 18 mètres de hauteur, remplaçant celle de Fouquet sur une île de 28 hectares à côté du port de Saint-Vaast-la Hougue où est construite sa jumelle.

Tour côtière de Saint-Vaast-la-Hougue : toujours dans la Manche. Début des travaux en 1664. Sur la plus haute des buttes, construction d’une grande tour de guerre sur la presqu’île, assemblée au fort.

Ce sont deux tours d’observation et d’artillerie capables de résister à un bombardement naval.